Le blog du livre "Modes de garde, Mode d'emploi" (Albin Michel)

Les coulisses de la place en crèche: le 12ème arrondissement de Paris

Sujet de choix pour les rumeurs urbaines, les mécanismes d’attribution d’une place en crèche semblent parfois aussi nébuleux que certains scénarios de Manga. Pour entretenir le mythe, ils ne sont pas les mêmes partout. Pourtant, une logique existe. Making-off.

Lunise Marquis est adjointe à la maire du 12ème arrondissement de Paris, chargée de la petite enfance, de la protection de l’enfance et des familles.Elle préside la commission d’attribution des places en crèche. « Avec un travail à côté », comme elle le précise sur son compte @lunisemarquis, sur lequel elle twitte parfois à destination des parents (avec le #Paris12). Avec une pointe d’ironie, voire d’exaspération lorsqu’elle leur demande de cesser d’envoyer la même lettre en dix exemplaires, de ne pas balancer sur d’autres parents, ou encore d’éviter d’écorcher son nom (madame la marquise).

Du point de vue des parents, pourtant, une présidente de commission d’attribution est une sorte de démiurge, en position de toute puissance. Celle qui détient la clé d’une possible conciliation entre travail et famille. Celle qu’il faut convaincre que sa situation est plus désespérée qu’une autre. Lunise Marquis a cessé depuis quelques temps de recevoir les parents en rendez-vous. Par désir d’objectivité nous dit-elle. Trop facile de s’attacher à une histoire, à un sourire. Peut-être aussi pour sortir de la rencontre artificielle, de l’exercice obligé. Ou encore pour éloigner toute suspicion de clientélisme. Certains parents en sont frustrés. D’autres soulagés.

Elle se dit néanmoins attentive aux « galères » que vivent les femmes (sur lesquelles pèse encore plus souvent la charge mentale de la garde), féministe, « avec un sentiment de sororité ».

LM

Je lui ai demandé de me raconter les coulisses de l’admission en crèche dans le 12ème. Car en France les procédures et les critères d’admission en collectivité ne sont pas unifiés. Ils sont fixés par le maire de chaque ville, et à Paris (Lyon et Marseille), par le maire de chaque arrondissement.

Dans le 12ème, les parents s’inscrivent dès le 6ème mois de grossesse auprès des services petite enfance de la mairie et confirment leur demande après l’accouchement. L’inscription est possible en ligne via le site de la mairie, mais les justificatifs doivent être apportés au RIF (relais information famille). Une commission d’attribution se réunie tous les mois (sauf juillet-août). Ce qui n’est pas le cas de tous les arrondissements. Le 16ème, le 17ème, le 15ème tournent par exemple à deux-trois commissions par an.

La commission est présidée par Lunise Marquis, entourée des directrices de crèches municipales, de halte garderies, de crèches associatives, d’un représentant de la PMI, de l’aide sociale à l’enfance, du RAM (relais assistante maternelle), d’un élu de l’opposition et trois de la majorité. Pas de représentant des parents, pour ne pas, justifie t-elle, attiser « commérages » ou « jalousies ».

Car, si les commissions sont ici anonymisées – volonté de la maire Catherine Baratti-Elbaz et de son équipe municipale – le nom des enfants « reçus » apparaît toutefois en fin de commission (pour éviter les doublons avec les crèches associatives). La décision est prise sur la base de renseignements non reliés à un nom, comme le revenu mensuel net, la profession et l’adresse des parents (dans cet arrondissement, les crèches sont sectorisées pour « favoriser une vie de quartier »). Sont également mentionnés la date d’entrée souhaitée, le nombre d’enfant, un éventuel handicap ou maladie, des problèmes de logements. Car ces situations sont des critères de priorité. Comme accoucher de jumeaux ou de triplés. Ou accueillir un enfant adopté.

Pour leur deuxième enfant, les parents ont plus de chance d’obtenir une place si leur premier enfant n’a pas déjà été gardé en collectivité. A l’inverse si les naissances sont rapprochées et que le premier est encore à la crèche au moment ou le congé maternité se termine, leur demande sera facilitée.

Les parents qui travaillent tous les deux sont favorisés (ce qui n’est pas le cas partout). Les couples dans lesquels l’un des deux ne travaille pas sont orientés vers les halte-garderies, qui peuvent accueillir leur enfant jusqu’à cinq demi-journées par semaine. « Si le parent en recherche d’emploi obtient un poste, nous essayons de basculer l’enfant vers la crèche » promet Lunise Marquis.

Elle assure également tenter de ne pas « casser » le mode de garde d’un enfant qui aurait emménagé dans le 12ème en cours d’année. S’il était gardé en crèche, il sera prioritaire pour être accueillis dans un des établissements de son quartier.

Elle indique que son équipe vieille à la parité fille- garçon dès le berceau, « sauf quand nous n’avons pas le choix ».

Encore une fois, toutes les mairies ne fonctionnent pas de cette façon. Celle du 18ème a, par exemple, établi un système d’attribution par « scoring » c’est à dire d’addition de points objectifs, permettant de départager les parents. Lunise Marquis n’est pas favorable à cette méthode de sélection. Elle estime qu’elle réintroduit plus d’arbitraire qu’elle n’en supprime. Elle préfère la souplesse d’arbitrer au cas par cas entre critères de priorité concurrents. Qui choisir entre une famille qui accueille un enfant adopté et gagne 15 000 euros par mois et une famille de trois enfants qui gagne 7 500 euros par mois ? La seconde, sans doute, assure t-elle.

Les parents qui obtiennent une place sont prévenus par mail dans les 48 heures. Ils reçoivent ensuite un courrier officiel par la poste. Les numéros de dossiers acceptés sont affichés en mairie (sur place et en ligne) et au Relais Information Famille, avec l’année de naissance des enfants. Pas les noms. Encore une fois pour éviter les tensions. L’attribution de places en crèche, c’est du transport de nitroglycérine…

La mairie n’établit pas de liste d’attente en raison des commissions mensuelles. Le dossier d’une famille est présenté tous les mois pendant six mois. Si les parents renouvellent leur inscription au bout des six mois, ils restent en commission.

Tous les mois des statistiques de la commission en interne sont établis mais ils ne sont pas publiés (comme c’est le cas dans certaines -trop rares- mairies).

Les places se libèrent massivement en septembre. Comme partout cette fois-ci. Car les enfants de grande section entrent à l’école (ce qui crée un appel d’air dans les petites et moyenne section). Ces places sont attribuées aux commissions de mai, juin et septembre. Le reste de l’année il faut miser sur les déménagements.

Les crèches associatives participent aux commissions mensuelles mais les parents doivent s’inscrire directement auprès des directrices et directeurs de crèche. Lors d’une commission, ces crèches peuvent « recueillir » les enfants qui n’ont pas été admis par les crèches municipales. Lunise Marquis pointe cependant que certains parents refusent cette offre, car ils pensent que ces crèches coutent plus cher. Or le prix est le même dans toutes les crèches de France sous contrat avec la CAF (seules les micro-crèches fixent dans certains cas des tarifs libres). Il dépend du revenu des parents et de leurs nombres d’enfants. A paris il peut monter jusqu’à un peu plus de 800 euros par mois pour un plein temps.

Les parents qui n’ont pas de place sont orientés vers les assistantes maternelles. Elles sont 270 à exercer dans le 12ème. Cependant 126 d’entre elles sont au chômage technique. Ce qui s’explique, selon Lunise Marquis, par des exigences horaires très peu compatibles avec les besoins des parents (ex : je commence à 9h30, je termine à 16h et je ne travaille pas pendant les vacances scolaires.)

En France seul un enfant sur dix peut être gardé en crèche. A Paris la moyenne est presque de un enfant sur deux mais ce taux est variable selon les arrondissements. Dans le 12ème les parents ont une chance sur trois d’obtenir un berceau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le HTML de base est permis. Votre adresse email ne sera pas publiée.

S'abonner à ce flux de commentaires par RSS

%d blogueurs aiment cette page :