Le blog du livre "Modes de garde, Mode d'emploi" (Albin Michel)

Une place en crèche pour passer les entretiens d’embauche?

Crédit holy-molybdenum

Une entreprise de crèche privée propose d’accueillir au pied levé les enfants des demandeurs d’emploi.

L’idée est séduisante. Vous êtes chômeurs ? Vous avez des enfants en bas âge ? L’entreprise « People and baby » s’en occupe pendant vos rendez-vous Pôle Emploi et vos entretiens d’embauche. Mieux, si c’est possible, elle conserve une place pour votre enfant pendant votre période d’essai, le temps que vous trouviez une solution pérenne.

Génial ? Oui. Enfin presque. Car cette initiative, lancée voilà un an en partenariat avec pôle emploi, reste limitée. « Sur 1500 demandes, seules un tiers ont pu être satisfaites », compte Christophe Durieux, le PDG de People and Baby, lors d’un entretien téléphonique. C’est à dire environ 500. Au total 1600 journées auraient été « offertes ». Toujours selon cet entretien ce sont dix périodes d’essai qui auraient été « offertes » à des demandeurs d’emploi ayant retrouvé un job.

Car si People and Baby, à l’initiative de l’opération, sert d’intermédiaire pour les 650 crèches de son réseau (dont 200 lui appartenant en propre), celles-ci sont loin de couvrir toute la France et toutes ne sont pas partenaires de l’opération « crèche solidarité emploi ». Pour consulter la liste de celles qui le sont c’est ici.

Mais qu’est-ce qu’une place « offerte » exactement ?

Pour prendre une image, disons que le financement d’une place de crèche privée est comme une crêpe complète : jambon-oeuf-fromage. Le jambon, c’est la CAF (caisse d’allocation familiale), qui verse une prestation à la crèche. L’oeuf, ce sont les entreprises qui payent un tarif pour les enfants de leurs salariés accueillis dans la crèche. Le fromage, ce sont les parents – les salariés- qui, grâce à cette participation de leur entreprise, payent le même prix que dans une crèche municipale.

Un berceau = CAF + Entreprise + Parents= trois sources de revenus pour la crèche privée (dans une crèche publique la mairie remplace l’entreprise, c’est elle l’oeuf).

Quand Christophe Durieux dit que les crèches qui participent à l’opération « offrent » une place aux demandeurs d’emploi, cela veut dire qu’elles renoncent à l’œuf -la part entreprise- puisque par définition les chômeurs n’ont pas d’employeurs. Elles se contentent donc d’une crêpe jambon- fromage. Mais elles ne sautent pas le repas entier. Et le chômeur paye bel et bien sa place (au même prix qu’une crèche municipale voir ici).

Par ailleurs, pour le dire vite, le montant versé aux crèches par la CAF dépend de leur taux de fréquentation. Si les enfants sont moins nombreux certains jours car ils sont gardés par leur parents, comme le mercredi ou le vendredi ou pendant les vacances, la crèche gagne moins. Si elle réussit à combler ces « vides » avec des enfants « occasionnels », elle limite les pertes.

Accueillir des enfants de chômeurs n’est donc pas seulement un geste de « solidarité », c’est aussi un acte de bonne gestion budgétaire. Que les chômeurs, suffisamment plombés en étiquettes en tous genres, se rassurent. On ne leur fait pas la charité en gardant leur enfant pendant qu’ils passent des entretiens d’embauche. Dans ce dispositif, ils payent leur place et sont « rentables » pour la crèche qui leur ouvre ses portes.

People and baby propose de l’accueil occasionnel dans son réseau de crèches (Crèches pour tous), pas seulement aux chômeurs. Via notamment son service « flexi-crèche », les entreprises peuvent souscrire un abonnement pour dépanner leurs salariés les jours ou leur garde habituelle ferait défaut.

Un autre réseau, Bbbook, propose également ce type de service de garde occasionnelle, d’abord aux entreprises, ensuite aux parents, mêmes à ceux qui ne sont pas salariés ou dont le patron ne veut pas participer au paiement d’une place en crèche. Le système est ingénieux mais il ne concerne pour le moment qu’une centaine de places. « Le problème est que les directrices et directeurs de crèche ne prennent pas toujours le temps de mettre à jour leurs disponibilités sur notre serveur, regrette Ariane Raugel, fondatrice de Bbbook. Tous ne sont pas convaincus par ce dispositif de garde occasionnelle qui est un service aux familles, mais qui est plus compliqué à gérer pour eux. »

Les crèches privées ont montrées que la garde d’enfant en collectivité pouvait être une activité rentable, qui génère des bénéfices (100 millions annoncées par la seule entreprise People and Baby). Précisons quand même qu’elles fonctionnent à grand renfort d’argent public, via les prestations de la CAF et les crédits d’impôt accordés aux entreprises qui leur louent des berceaux pour leurs salariés.

Alors, quelles solutions de garde pour trouver un emploi ?

En attendant qu’un tel partenariat se développe avec plus de crèches partenaires, ou qu’il s’étende à d’autres gestionnaires de crèches privées ou publiques, que faire quand on doit chercher du travail avec un enfant en bas âge sur les genoux ?

Vous pouvez vous tourner vers les haltes garderies municipales, qui peuvent garder un enfant jusqu’à cinq demi journées par semaine. Dans les grandes villes, elles sont nombreuses et il est souvent plus facile d’obtenir une place en halte garderie qu’en crèche. D’accord, elles ferment plus tôt, souvent à 17h30. Et toutes ne peuvent pas garder les enfants à l’heure du déjeuner. Ce qui oblige à courir à ses rendez-vous les yeux rivés sur les aiguilles de sa montre, comme Cendrillon et ses petites souris. Mais cette solution existe. Pour trouver une halte garderie près de chez soi, c’est ici.

Les crèches municipales publiques ont elles aussi des places inoccupées certains jours de la semaine ou pendant les vacances, selon le mécanisme décrit plus haut. Si vous demandez à une directrice d’accueillir votre enfant pendant ses périodes creuses, elle pourrait accepter. Ou pas. Bref, rien d’officiel. Mais ça se tente.

Autre solution, la « solidarité » parentale, organisée par certains sites. Qui fonctionne aussi sur un échange de bons procédés. De façon explicite, cette fois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le HTML de base est permis. Votre adresse email ne sera pas publiée.

S'abonner à ce flux de commentaires par RSS

%d blogueurs aiment cette page :